Jeudi 21 décembre 2006

Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues

Publié en 2001 par le Conseil de l’Europe, le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL) fournit une base commune pour la conception de programmes, de diplômes et de certificats dans le domaine des langues vivantes.

Il introduit 4 nouveautés :

1) des niveaux communs de référence (A1 à C2)

Voir un schéma sur cette adresse : http://eduscol.education.fr/D0067/image001.gif

  • Niveau A : utilisateur élémentaire (= scolarité obligatoire)

A1 : introductif ou découverte (école élémentaire)

A2 : intermédiaire ou usuel (palier 1 collège)

  • Niveau B : utilisateur indépendant (=lycée)
  • Niveau C : utilisateur expérimenté

2) Un découpage de la compétence communicative en activités de communication langagière

  • la réception : écouter, lire
  • la production : s’exprimer oralement en continu, écrire
  • l’interaction : prendre part à une conversation
  • la médiation (notamment activités de traduction et d’interprétation)

3) La notion de tâche

L’usage de la langue n’est pas dissocié des actions accomplies par celui qui est à la fois locuteur et acteur social. On associe le dire et le faire.

4) Une redéfinition de la compétence de communication qui prend en compte plusieurs composantes hiérarchisées de A1 à C2

  • la composante linguistique
  • la composante sociolinguistique
  • la composante pragmatique

En milieu scolaire, on s’attache surtout à la composante linguistique. La composante linguistique est induite par la nature des tâches et des situations de communication. Elle a trait aux savoirs et savoir-faire relatifs au lexique, à la syntaxe et à la phonologie.

Le cadre est à dissocier du portfolio européen des langues (décliné dans trois versions : école, collège, jeunes et adultes). C’est important de le souligner car il y a souvent confusion entre les deux. Le portfolio est un outil d’auto-évaluation (voire de co-évaluation) adossé au cadre.

Télécharger le document (897,37 ko)